Accueil Business Créer son entreprise sans apport, c'est possible

L'actualité

Créer son entreprise sans apport, c’est possible

Plus de 815 000 nouvelles entreprises ont vu le jour en 2019 (Insee) soit une hausse de 18% par rapport à 2018. Alors êtes-vous prêt à devenir votre propre patron ? Et même si vous avez peu ou pas du tout de fonds, sachez qu’il est désormais possible de créer son entreprise sans apport. 

Financer la création d’une entreprise sans apport

Financer la création d'une entreprise sans apport
Photo de @agron.91 via twenty20.com

Financer la création de son entreprise sans apport est possible sur le plan juridique. Cependant, se lancer dans le monde de l’entreprenariat de cette façon peut être risqué.

En 2003, la loi Dutreil favorisant la création d’entreprise a supprimé le seuil légal de capital minimum pour ouvrir une SARL, qui était de 7 500€. Désormais, l’apport minimum obligatoire de capital social est fixé à un euro symbolique.

Il faut toutefois prendre en compte les différents frais qui accompagnent la création d’une entreprise et qui nécessitent donc d’avoir des fonds : achat de matériel, mise en place et création de produits et/ou services, campagnes de communication, etc. De plus, si vous souhaitez demander un prêt pour la création d’entreprise à votre banque, un apport de 1€ symbolique risque de la faire douter de la fiabilité et de la pérennité de votre projet. En général, un apport de 20 à 30% du montant total de ce projet est apprécié par les banquiers.

Pensez également à la mutualisation des apports : ouvrir votre entreprise avec un ou plusieurs autres associés peut être intéressant financièrement. Différentes aides ont également été mises en place pour vous accompagner dans la création de votre entreprise.

A quelles aides a-t-on le droit pour créer son entreprise sans apport ?

A quelles aides a-t-on le droit pour créer son entreprise sans apport ?
Image par Nappiness de Pixabay 

Créer son entreprise sans apport n’est pas impossible car plusieurs aides sont mises en place pour vous aider dans votre projet :

  • l’ARCE : si vous êtes demandeur d’emploi et que vous percevez des allocations chômage, avec l’ARCE il vous est possible de recevoir 45 à 50% de vos allocations totales en deux fois. La première intervient peu après l’immatriculation de votre société et la seconde environ 6 mois plus tard ;
  • l’ACRE : l’Aide à la Création ou à la Reprise d’Entreprise exonère partiellement des charges sociales en début d’activité et vous accompagne durant vos premières années d’entrepreneur. Vous devez être demandeur d’emploi (indemnisé ou non) et avoir entre 18 et 26 ans ;
  • l’ADIE : l’ADIE vous propose gratuitement une formation d’une à deux semaines pour vous accompagner dans la création de votre entreprise (coachings, rendez-vous, ateliers, etc.). Ce dispositif vous permet également de contracter un prêt d’un montant maximum de 10 000€, à rembourser entre 6 à 36 mois avec un taux fixe de 7,45% ;
  • prêt d’honneur : avec un taux à 0, ces prêts s’étalent en moyenne sur 3 à 5 ans et sont généralement accordés lorsque la création de votre entreprise nécessite l’embauche d’un ou plusieurs salariés. Vous pouvez vous renseigner sur le Réseau Entreprendre, Initiative France ou France Active ;
  • le BSA-AIR : Bon de Souscription d’Actions – Accord d’Investissement Rapide peut être une alternative au plan d’épargne en actions. Destiné principalement aux start-ups, cette “levée de fonds” permet d’obtenir rapidement un financement et de manière simplifiée ;
  • la Garantie Egalité Femmes, ancien FGIF (Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes) : ce dispositif a pour but d’aider les femmes à accéder et à souscrire à divers prêts. Avec une limite fixée à 50 000€, cette garantie s’applique à 80% du prêt en question ;
  • les diverses subventions ou aides et allègements fiscaux et sociaux accordés par l’Etat en fonction de votre domaine d’activité ;
  • le “love money” : ce sont les financements apportés par la famille ou les amis du futur entrepreneur. Il est fortement conseillé d’effectuer une reconnaissance de dette au cas où un litige surviendrait.

Une autre solution de financement à envisager est le crowdfunding.

La solution du financement participatif ou crowdfunding

La solution du financement participatif ou crowdfunding
Photo de @kristi_shlimovich via twenty20.com

Le crowdfunding, ou financement participatif, date des années 2000. Cette solution, très intéressante pour créer son entreprise sans apport, offre plusieurs avantages indirects. Le crowdfunding consiste à faire appel aux internautes pour vous aider financièrement à lancer votre projet.  Vous proposez votre projet et vos objectifs sur une plateforme dédiée, vous relayer l’information en ligne et sur les réseaux sociaux notamment. Si les internautes sont intéressés, ils contribueront à vous financer. Pour cela, ils peuvent faire : un don avec ou sans contrepartie ; un prêt ou un investissement. D’après Bpifrance, le montant des dons peut varier allait de 3 000 et 5 000€ ; celui des prêts jusqu’à 200 000€ et celui des investissements de 40 000 à 500 000€ ! N’oubliez pas que les sites internet proposant le crowdfunding prélèvent une commission de 5 à 12% sur tout ce que vous aurez récolté.

Plusieurs avantages sont aussi à relever :

  • en appelant les gens autour de vous à s’intéresser à votre entreprise, vous allez rapidement former une communauté de personnes qui deviendront alors vos ambassadeurs ;
  • selon les réactions, les retours et le taux d’engagement des personnes que vous contacterez, vous pourrez mener une étude de marché (cible, concurrence, localisation, etc.) ;
  • avec un apport financier intéressant et vos investisseurs qui vous font confiance, les banques accorderont plus facilement un prêt pour votre projet.

Les constructions d’entreprise commercialisant des produits ont plus de chance en général de trouver des financements que les entreprises de services. Rappelons que nous sommes dans une société de consommation. Vous trouverez d’autres informations sur le crowdfunding sur le site Financement Participatif France.

Créer sa propre entreprise est tentant et les lois du gouvernement poussent à concrétiser ce projet. Il vous est désormais possible d’ouvrir votre micro-entreprise en quelques clics ou votre SARL pour un euro symbolique. Mais n’hésitez pas à vous faire accompagner dans vos démarches et vos recherches avant de vous lancer. 

Sources : 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here