Décryptage de l’EBITDA : un indicateur clé de la rentabilité opérationnelle fiable

Vous souhaitez évaluer la capacité de votre entreprise à générer du cash à partir de vos opérations principales, sans tenir compte de vos choix de financement, de votre structure fiscale ou de vos investissements passés ? Ou bien s’agit-il d’une entreprise avec laquelle vous souhaitez investir ? Dans les deux cas, vous aurez besoin de connaître l’EBITDA de l’entreprise.

Il s’agit d’un indicateur anglo-saxon de plus en plus utilisé en gestion de la comptabilité en France et qui présente l’avantage d’être assez pertinent pour apprécier la rentabilité d’une entreprise en excluant les éléments comptables qui ne reflètent pas nécessairement sa performance réelle.

Dans cet article, nous allons explorer en profondeur ce que signifie réellement l’EBITDA, comment il est calculé et comment l’interpréter.

Qu’est-ce que l’EBITDA ?

La définition EBITDA est Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization. En français, on parle surtout de BAIIA qui signifie “Bénéfice Avant Intérêts, Impôts et Amortissements”. Comme son nom l’indique, cet agrégat comptable et financier représente le bénéfice avant intérêts, impôts, dotations aux amortissements et provisions. En d’autres termes, il fait référence au bénéfice opérationnel d’une entreprise avant de prendre en compte certains éléments non liés à son activité principale ainsi que sa politique d’investissement et de financement.

Si vous voulez déterminer si oui ou non une entreprise ou bien la vôtre est rentable indépendamment du fait qu’elle dégage ou non du bénéfice, vous devrez calculer son EBITDA.

Un indicateur initialement développé aux États-Unis, l’EBITDA a par la suite connu un succès grandissant lorsque dans les années 1990 de nombreuses entreprises américaines l’utilisent pour réaliser des acquisitions financées par de la dette, et ce jusqu’à aujourd’hui. Les investisseurs et analystes financiers américains se servaient essentiellement de l’EBITDA pour voir si les entreprises sur lesquelles ils souhaitaient investir étaient rentables d’un point de vue opérationnel. Et c’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui !

Comment se calcule l’EBITDA ?

calcul de l'EBITDA

Deux méthodes s’offrent à vous pour calculer l’EBITDA : la méthode additive et la méthode soustractive.  

1. Méthode additive

Pour cette méthode, partez du résultat net comptable. Puis, ajoutez les charges d’intérêts, les charges d’impôts et taxes ainsi que les dotations aux amortissements et provisions.

EBITDA = Résultat net comptable + charges d’intérêts + charges d’impôts et taxes + dotations aux amortissement et provisions

Exemple de calcul de l’EBITDA avec la méthode additive :

Prenons l’exemple d’une entreprise fictive, Société XYZ, qui a publié les résultats suivants pour l’année 2023 :

  • Chiffre d’affaires : 1 000 000 €
  • Achats et charges externes : 600 000 €
  • Charges de personnel : 200 000 €
  • Autres charges : 50 000 €
  • Résultat net comptable : 150 000 €
  • Charges d’intérêts : 20 000 €
  • Impôts et taxes : 30 000 €
  • Dotations aux amortissements : 40 000 €
  • Provisions : 10 000 €

✅ EBITDA = Résultat net comptable + Charges d’intérêts + Impôts et taxes + Dotations aux amortissements + Provisions

EBITDA = 150 000 € + 20 000 € + 30 000 € + 40 000 € + 10 000 €

EBITDA = 250 000 €

Explication du calcul :

➡️ Le résultat net comptable représente le profit de l’entreprise après prise en compte de toutes ses charges et produits.

➡️ Les charges d’intérêts représentent le coût de l’emprunt d’argent par l’entreprise.

➡️ Les impôts et taxes représentent les impôts que l’entreprise doit payer sur ses bénéfices.

➡️ Les dotations aux amortissements représentent la diminution de la valeur des actifs immobilisés de l’entreprise au cours du temps.

➡️ Les provisions représentent les sommes d’argent que l’entreprise a mises de côté pour couvrir des risques éventuels.

2. La méthode soustractive

Cette méthode consiste à soustraire les intérêts, les impôts et les dotations aux amortissements du chiffre d’affaires.

✅ Chiffre d’affaires – Charges d’exploitation – Intérêts – Impôts – Dotations aux amortissements = EBITDA

Cette méthode est plus complexe, mais elle présente l’avantage de prendre en compte l’ensemble des charges de l’entreprise.

Quelles différences entre EBITDA et EBIT ?

L’EBITDA et l’EBIT (Earnings Before Interest and Taxes) sont deux indicateurs de rentabilité opérationnelle assez proches, mais ils ne sont pas identiques. La principale différence réside dans le fait que l’EBIT ne prend pas en compte les dotations aux amortissements et dépréciation contrairement à EBITDA. Ainsi, l’EBIT (Earning Before Interest & Taxes) est toujours inférieur à l’EBITDA.

L’EBIT se calcule comme suit :

✅ EBIT = résultat net + charges d’intérêts + impôts et taxes ± produits et charges exceptionnels

✅ Ou encore, EBIT = EBITDA ₋ dotations aux amortissements et aux provisions pour dépréciation d’actifs.

Le choix entre l’EBIT et l’EBITDA comme indicateur de performance dépend de l’objectif de l’analyse. L’EBITDA est plus adapté pour comparer la performance financière d’entreprises de secteurs d’activité différents, car il normalise le profit en tenant compte des dotations aux amortissements et aux provisions. L’EBIT, en revanche, sera plus utile pour comparer la performance d’entreprises du même secteur qui ont des structures de financement et des politiques fiscales similaires.

Que signifie EBITDA positif ?

Un EBITDA positif indique que l’entreprise est rentable au niveau de ses activités opérationnelles. Cela signifie que le processus de production de l’entreprise lui permet de s’enrichir et qu’elle génère suffisamment de profits pour couvrir ses charges d’exploitation, y compris les dotations aux amortissements et provisions.

Un EBITDA positif est considéré comme un signe de bonne santé financière. Cependant, pour voir à quel point l’entreprise est en bonne santé, il est toujours conseillé de comparer son EBITDA à celui de ses concurrents du même secteur d’activité.

Que signifie EBITDA négatif ?

Un EBITDA négatif est un signal de non profitabilité d’une société, d’un point de vue opérationnel. Cela signifie qu’avec ses activités opérationnelles, l’entreprise ne génère malheureusement pas assez de profits pour couvrir ses charges d’exploitation, y compris les dotations aux amortissements et provisions.

Une telle situation est préoccupante pour les investisseurs et les prêteurs, car cela pourrait signifier des difficultés financières à long terme.

Quels sont les autres indicateurs financiers importants pour les entreprises ?

indicateur financier

En plus de l’EBITDA, il existe toute une gamme d’indicateurs financiers importants pour évaluer la santé financière d’une entreprise :

➡️ Le chiffre d’affaires : il mesure le montant total hors taxes des ventes de biens ou de services réalisés par une entreprise au cours d’une période donnée.

➡️ Excédent Brut d’Exploitation (EBE) : il fait référence au profit généré par l’activité courante de l’entreprise, avant prise en compte des charges financières (intérêts), des impôts et des investissements.
➡️  Le résultat net : cet indicateur représente le profit final de l’entreprise après prise en compte de l’ensemble des charges et des produits.

➡️ La marge nette : elle exprime le pourcentage du chiffre d’affaires que l’entreprise conserve sous forme de profit net.

➡️ La capacité d’autofinancement : elle mesure la capacité de l’entreprise à générer des liquidités à partir de ses activités opérationnelles.

➡️ La dette nette : elle représente la différence entre la dette de l’entreprise et ses disponibilités.

➡️ Les ratios de liquidité : ils permettent d’évaluer la capacité de l’entreprise à honorer ses dettes à court terme.

➡️ Les ratios de solvabilité : vous en aurez besoin pour évaluer la capacité de l’entreprise à honorer ses dettes à long terme.

L’analyse de ces différents indicateurs permet d’obtenir une vision complète de la santé financière d’une entreprise.

Conclusion

L’EBITDA est suffisamment pertinent pour évaluer la santé financière et la rentabilité opérationnelle des entreprises. Il offre une vision claire de la capacité d’une entreprise à générer du cash-flow, indépendamment de ses choix de financement, de sa structure fiscale et de ses politiques d’amortissement. Cependant, il est important de rappeler que l’EBITDA ne constitue pas un indicateur unique et absolu. Il doit être interprété conjointement avec d’autres ratios financiers, tels que le EBIT, le résultat net et le flux de trésorerie disponible, pour obtenir une vision globale et précise de la situation financière d’une entreprise.

Articles en lien

Quel budget prévoir pour la location d’une salle de formation ?

La planification d’une formation commence par la sélection d’un...

Comment fonctionne LinkedIn ?

LinkedIn a maintenant dépassé le cap d'un milliard d'utilisateurs....

Gestion fiscale et comptable de votre e-commerce : les défis à relever

Les e-commerces font partie des entreprises les plus innovantes...

Quelles sont les conditions de Leasing pour les auto-entrepreneurs ?

Plutôt que le crédit ou l’achat comptant, de plus...

Les instances représentatives du personnel (IRP) : voix des salariés dans l’entreprise

Au sein d'une entreprise, la communication et le dialogue...