VC : guide complet sur le Venture Capital

Imaginons que vous êtes un entrepreneur et avez pour projet de concevoir une application d’assistance virtuelle qui pourrait améliorer le quotidien de nombreuses personnes. Le projet a du potentiel. Seulement, vous n’avez pas les fonds nécessaires pour le concrétiser. Vous aurez notamment besoin de fonds pour le recrutement d’une équipe talentueuse d’ingénieurs en IA et des concepteurs d’expérience utilisateur, mais également pour faire face à des coûts importants liés à la recherche et au développement, à la création d’une infrastructure cloud évolutive et bien évidemment au marketing pour toucher un large public.

Quelle solution s’offre à vous dans une telle situation ? Une approche judicieuse consisterait à rechercher des entités spécialisées dans le financement de startups et d’entreprises en phase de croissance qui pourraient vous accorder des fonds de VC (Venture Capital). 

Il se peut aussi qu’en tant que simple particulier vous soyez intéressé par l’idée d’investir dans du capital-risque. Dans tous les cas, ce guide complet pourrait vous être très utile. Il vise à fournir une compréhension approfondie du Venture Capital. VC définition, fonctionnement et plus encore. On fait le point dans cet article.

VC Définition : qu’est-ce que le Venture Capital ou VC ?

investissement et intérêt
Définition de venture capital

Le Venture Capital, ou Capital Risque en français, désigne un type d’investissement financier où des investisseurs appelés « capital-risqueurs » ou « investisseurs en capital de risque » fournissent des capitaux à des startups (des entreprises émergentes et novatrices) ou à des entreprises en croissance. Le soutien financier dure pendant une période définie qui va de 3 ans à plus de 7 ans.

En échange du financement, les propriétaires de l’entreprise doivent céder aux investisseurs une part de propriété dans l’entreprise. Cela signifie que les investisseurs deviennent actionnaires de la startup et ont un intérêt financier dans son succès. La quantité des actions cédée par l’entreprise est à définir lors de la négociation et dépend généralement de la valeur de l’investissement.

L’appellation de « capital-risque » vient de la nature risquée de ce type d’investissement pour les investisseurs. Comme évoqué plus haut, les entreprises qui bénéficient des fonds VC sont essentiellement des entreprises jeunes, en phase d’amorçage ou de croissance initiale, dont le succès est encore incertain voire périlleux.

Les contreparties des fonds VC

En échange des fonds VC dont ils jouissent, les entreprises qui en bénéficient doivent en contrepartie céder une part de leurs actions aux investisseurs. Et il est important de souligner que la possession d’une action dans une entreprise confère à son détenteur plusieurs avantages et privilèges, en fonction du type d’action et des droits qui y sont attachés.

Voici donc quelques-unes des principales contreparties d’un financement par le capital-risque :

➡️ Influence ou siège au conseil d’administration : en fonction de la taille de l’investissement, les investisseurs peuvent exiger ou non une place au conseil d’administration de l’entreprise. Cela leur permet d’avoir une influence stratégique dans l’entreprise et de participer activement aux décisions les plus importantes.

➡️ Droits de participation aux bénéfices : les actionnaires ont le droit de recevoir leur part des bénéfices de l’entreprise sous forme de dividendes. Le montant des dividendes peut varier en fonction des performances de l’entreprise et de la politique de distribution de dividendes de celle-ci

➡️ Clause de liquidation préférentielle : les investisseurs en capital de risque incluent toujours une clause de liquidation préférentielle dans leur accord. Cela signifie qu’en cas de vente de l’entreprise, les investisseurs ont le droit d’être remboursés en premier, avant que les fondateurs et les autres actionnaires ne reçoivent leur part.

➡️ Engagements de croissance : les investisseurs en capital de risque doivent avoir l’assurance que la startup utilise bien les fonds levés pour atteindre les objectifs de croissance.

Quel cycle pour le Venture Capital ?

des investisseurs qui financent une idée
Cycle venture capital

Dans notre contexte, le terme « cycle » fait référence à la séquence typique d’étapes ou d’événements qui se produisent lorsqu’une entreprise recherche du financement auprès de sociétés de capital-risque. Notez déjà que les VC interviennent souvent peu après la création d’une société et peuvent l’accompagner jusqu’à sa cession ou son introduction en bourse.

Le cycle du Venture Capital comprend généralement les étapes suivantes :

1️⃣ Levée de fonds (Fundraising) : pour financer leurs projets (financement de la croissance, accès à plus de ressources, réduction des risques, attraction et rétention des talents…), les startups ou les entreprises en phase d’amorçage cherchent à lever des fonds auprès de sociétés de capital-risque.

2️⃣ Recherche d’investisseurs (Investor Outreach) : réseautage, utilisation de plateformes de financement en ligne, intégration à des groupes et des associations d’entrepreneurs locaux… Les entrepreneurs disposent de plusieurs façons pour trouver et identifier les investisseurs potentiels puis les contactent.

3️⃣ Présentation du projet (Pitching) : les entrepreneurs présentent leur entreprise et leur modèle commercial aux investisseurs potentiels lors de réunions de présentation (pitch).

4️⃣ Due diligence (Examen approfondi) : les investisseurs qui seraient potentiellement intéressés examinent en détail l’entreprise, ses finances, son équipe de direction, sa stratégie commerciale, ses projets et d’autres aspects pour évaluer les risques et les opportunités.

5️⃣ Négociation des modalités (Term Sheet Negotiation) : si les investisseurs sont intéressés, ils négocient les modalités de l’investissement, y compris la valorisation de l’entreprise, les droits des actionnaires, et d’autres conditions.

6️⃣ Finalisation de l’accord (Closing) : une fois les modalités convenues, les parties finalisent l’accord, ce qui comprend la signature des contrats et le transfert des fonds de capital-risque à l’entreprise.

7️⃣ Suivi et soutien (Support and Monitoring) : après l’investissement, pour sécuriser leur investissement, les investisseurs travaillent généralement en étroite collaboration avec l’entreprise afin de la soutenir dans sa croissance et aider à maximiser sa valeur.

8️⃣ Sortie (Exit) : les dividendes ne sont pas ce qui intéresse le plus les sociétés de capital-risque. À un moment donné, elles chercheront à réaliser un retour sur leur investissement, souvent par le biais d’une sortie, telles qu’une introduction en bourse (IPO) de l’entreprise, une acquisition de celle-ci par une corporate ou encore une cession de leurs actions à des acheteurs privés.

Qui utilise le financement en Venture Capital ?

une clé déposée un clavier
Financement en capital-risque ndispensable pour la croissance des StartUps

Le financement en capital-risque (venture capital) est utilisé principalement par les startups et les entreprises en phase de croissance, mais s’étend à différents secteurs économiques.

Les secteurs porteurs

🧑‍💻 Technologies de l’information (IT) : le secteur de la technologie de l’information (IT) est celui le plus actif en matière de financement en capital-risque. Cela s’explique par la nature innovante, rapide et potentiellement lucrative de cette industrie.

🧬 Biotechnologie et sciences de la vie : sans financement en venture capital, les startups dans ce secteur n’auront pas les moyens financiers nécessaires pour mener des essais cliniques, obtenir des approbations réglementaires…

📦 Commerce électronique : les entreprises de commerce électronique, en particulier celles qui proposent des modèles de commerce en ligne novateurs, attirent souvent des investissements en venture capital.

♻️ Énergies renouvelables : les startups axées sur les énergies renouvelables, la gestion de l’eau, le recyclage, la réduction des émissions de carbone, et d’autres solutions environnementales bénéficient souvent aussi de soutien par le venture capital.

Qui sont les investisseurs en capital-risque ? 

Les investisseurs en capital-risque sont le plus souvent des individus fortunés (Investisseurs providentiels ou business angels), des sociétés de capital-risque, des fonds de pension, des sociétés d’assurance, des grandes entreprises, et même des organismes gouvernementaux qui fournissent des financements à des startups et des entreprises en croissance.

On l’a vu, ils prennent des risques financiers en échange de participations dans ces entreprises, cherchant à réaliser des rendements élevés. L’objectif commun de ces investisseurs est de soutenir l’innovation et de profiter de la croissance potentielle des entreprises émergentes.

Pourquoi les fonds de VC sont-ils importants ?

ordinateur et dossier au dessus d'un bureau
Informations sur les fonds VC

Bien qu’elle ait des projets prometteurs, une startup n’a malheureusement pas accès au système bancaire traditionnel au lancement de son activité. À la différence des grandes entreprises déjà bien établies, elle ne peut donc pas emprunter de l’argent dans une banque pour se financer. Généralement, les banques évitent de financer les startups et les entreprises en phase de démarrage, car celles-ci ne génèrent pas encore de chiffre d’affaires. Le risque qu’elles n’arrivent pas à rembourser les dettes est donc trop grand.

Deux choix s’offrent aux startups et aux entreprises en phase de démarrage pour faire décoller leurs activités :

👉 Mettre en place un business model qui permettrait de réaliser des ventes rapides. Dans ce cas, on dit qu’elles s’autofinancent. Malheureusement, sans apport de capitaux, certaines activités sont tout simplement impossibles à lancer.

👉 Si, pour diverses raisons, le lancement de leurs activités nécessite d’importants apports de capitaux, il va falloir se tourner vers des fonds de VC.

S’il n’y avait pas le venture capital, de nombreuses grandes entreprises très connues telles que Facebook (un financement initial de la part d’Accel Partners en 2004), Amazon (un financement d’un million de dollars de Kleiner Perkins en 1995) ou encore Apple (un investissement de 250 000 dollars de Mike Markkula en 1977) n’auraient jamais connu un succès notable.

Comment investir dans un fonds de VC ?

Nous avons tendance à penser que le venture capital est réservé aux personnes les plus fortunées, aux sociétés de capital-investissement, aux family offices ou encore aux fonds de pension, mais c’est faux ! Certains fonds sont en fait accessibles aux simples particuliers. C’est le cas notamment des fonds communs de placement à risque (FCPR), des Fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et des Fonds d’investissement de proximité (FIP). Notez que tous les trois sont des fonds réglementés par l’AMF.

Pour investir dans un fonds de VC, vous devez d’abord trouver une société de gestion de fonds qui propose des FCPR, des FCPR ou encore des FIP. Contactez l’entreprise et informez-vous sur les démarches à suivre. Il vous sera demandé de remplir un dossier de souscription, qui comprendra des informations sur vos antécédents financiers. Une fois votre dossier accepté, la société de gestion vous sollicitera de leur transférer vos fonds.

Comptez 5 à 10 années d’investissement. Une fois cette période écoulée, la société de gestion va vendre les actions acquises via les fonds que vous avez versés et vous versera les retours sur investissement.

Articles en lien

9 astuces pour payer moins d’impôts en 2024

La plupart des contribuables ont le sentiment de payer...

Comment préparer sa retraite ?

La retraite, un chapitre inévitable de la vie, suscite...

Quels sont les facteurs qui influencent le prix de l’or ?

En 2024, l'incertitude économique mondiale s'intensifie. Les marchés boursiers...

La légalité des casinos en ligne en France

Alors que le numérique transforme radicalement notre manière de...